La Comédie de Ferney

La Maréchale et le Libertin

d’Alain Guyard d’après l’œuvre de Denis Diderot

Mercredi 10 20h30
Jeudi 11 20h30
Samedi 13 20h30
Dimanche 14 17h00
Mercredi 17 20h30
Jeudi 18 20h30
Vendredi 19 20h30
Samedi 20 20h30
Dimanche 21 17h00
Vendredi 18 20h30
Samedi 19 20h30
Dimanche 20 17h00
Tarif normal 15 €
Tarif membres 10 €
Compagnie Théorème de Plank / Compagnie Thalie
Mise en scène : François Bourcier assisté de Emilie Génaédig avec la complicité de Thomas Freitag
Avec : François Bourcier, Annick Gambotti, Emilie Génaédig
Avec les voix de Eva Zana, Marie-Charlotte Chamoux, Edmond Haddad
Création lumière: Antonio de Carvalho
Costumes: Natascha Smet, Isabelle Chritin
Maquillage coiffures: Betty Bosson
Régie: Adrien Laneau


Dans son Entretien d’un philosophe avec la Maréchale de … si proche de l’écriture théâtrale paru en 1776, Diderot aborde la religion en philosophe décomplexé, ennemi des superstitions, défenseur libre de la Raison, face à un pieux faire-valoir incarné par une dévote d’un autre âge.
Deux siècles ont passé et sous la plume du philosophe Alain Guyard, la Maréchale a pris corps. Le quasi monologue d’origine cède la place à une authentique dispute philosophique. Naguère triomphant, le philosophe incarné par François Bourcier (Lettres de délation, Résister c’est exister…) se voit remis en cause dans ses tendres utopies rousseauistes et d’honnête matérialiste. Devenue cynique, hédoniste, ambigüe, la Maréchale interprétée par Annick Gambotti (Noces, Le Roi se meurt…) transforme le libertinage en grand art, ironie, dissimulation sensuelle des âmes plus encore qu’offrande facile des corps.
D’elle, Alain Guyard et François Bourcier disent qu’elle a assez lu pour rire de la déesse Raison, et assez joui pour comprendre que tout visage dénué de masque est celui de la mort, et que le masque sans visage reste la dernière élégance de la vie.


Durée: 1h15
Notes de mise en scne
note d'intention de l'auteur