Pièce pour une femme, un violoncelle, cinq violons et un fantôme et demi

Création Compagnie Thalie

Pièce pour une femme, une violoncelle... - illustration

Nous sommes en France durant la montée du régime de Vichy. De son côté, l’Allemagne remplit les camps de concentration et dans le pays des droits de l’Homme, les tensions antisémites se font de plus en plus ressentir. Nadia Duphein est juive…

Mais elle est également une grande compositrice et ses relations lui permettent d’obtenir des papiers « français » et d’avoir un statut privilégié en tant que grande artiste. Un jour, l’on frappe à la porte de Nadia Duphein. Elle est réquisitionnée pour assurer un concert avec son orchestre pour le régime allemand. Nadia doit composer son équipe. Les musiciens qui joueront pour le régime ont une chance d’avoir la vie sauve, du moins pour quelque temps et de cela Nadia en a conscience.

Jean Louis Déconfin, musicien et compositeur remet Ravel au goût du jour dans une interprétation nouvelle et originale et nous donne également à entendre des morceaux composés spécialement pour la pièce et qui résonnent à merveille avec ce cri déchirant d’une humanité perdue.

La musique décore l’âme des vagabonds.

Le Boléro de Ravel sera le fil conducteur de cette histoire dans laquelle une femme chef d’orchestre va se battre jusqu’au bout pour sauver ou du moins tenter de différer la mort  de femmes et d’hommes condamnés.

« C’est alors que je tombai en admiration pour une jeune femme qui jouait le texte qu’elle avait écrit et mis en scène. 
Voilà le début de l’histoire…. Avignon 2017, rencontre avec Aurélie Imbert. »
« Il n’y a pas de hasard il n’y a que des rencontres ». Encore une fois le proverbe était prégnant. Nous allions rapidement accorder l’âme de nos violons.
J’étais sous le charme d’une jeune comédienne, auteur qui n’avait pas fini de me surprendre : talentueuse, acharnée au travail, plus d’une corde à son arc et une maturité qui laissait penser qu’elle avait déjà vécu plusieurs vies…
Je rencontrai celle qui allait s’inspirer de mon vécu, mes passions et mes douleurs, de mon amour pour la musique et qui allait m’offrir un texte à dire, à vivre, à modeler et à jouer à la baguette avec un musicien complice dont je partage la vie depuis toujours et la scène depuis quelques années, mon frère. » – Annick Gambotti

THÉÂTRE
Du 14 au 19 septembre 2021
Du mardi au samedi à 20h30
Le dimanche 19 à 17h00

Durée 1h15
Tarif normal: 15€
Tarif réduit: 10€

Spectacle tout public à partir de 10 ans

Création Compagnie Thalie

Écriture et mise en scène :
Aurélie Imbert

Jeu:
Annick Gambotti

Musique (interprétation et composition):
Jean-Louis Déconfin

Scénographie et création lumière :
Adrien Laneau

Voix et régie technique:
Lionel Mazari

Costumes et décor :
Marianna Sycheva

Autres événements

  • La femme échevelée

    Du 22 au 26 février

    Quel est ce pouvoir qu’ont les cheveux des femmes sur les esprits masculins ? Quelle est cette force incontrôlable et incontrôlée qu’il faut impérativement dompter, voiler ou du moins organiser, peigner ou ordonner.
    En savoir plus…
  • Le Colosse de Maroussi – Reporté

    Reporté

    Portrait flamboyant d’un poète, Katsimbalis, et d’un pays, la Grèce, Le Colosse de Maroussi d’Henri Miller est l’un des plus beaux hymnes jamais écrits pour la paix et la liberté.
    En savoir plus…
  • Là où je croyais être il n’y avait personne

    Le vendredi 28 avril

    Ange et Bert partent sur les traces de Marguerite Duras. Ensemble, ils aspirent au chef-d’œuvre, se perdant quelquefois entre fictions, fantasmes et fantômes.
    En savoir plus…
  • Capital risque

    Le vendredi 5 mai

    Qu’est-ce que veut dire « réussir sa vie » ? Capital risque met en exergue la volonté légitime des jeunes de réussir leur vie professionnelle. Mais à quel prix ?
    En savoir plus…