Pièce pour une femme, un violoncelle, cinq violons et un fantôme et demi

Création Compagnie Thalie

Pièce pour une femme, une violoncelle... - illustration

Nous sommes en France durant la montée du régime de Vichy. De son côté, l’Allemagne remplit les camps de concentration et dans le pays des droits de l’Homme, les tensions antisémites se font de plus en plus ressentir. Nadia Duphein est juive…

Mais elle est également une grande compositrice et ses relations lui permettent d’obtenir des papiers « français » et d’avoir un statut privilégié en tant que grande artiste. Un jour, l’on frappe à la porte de Nadia Duphein. Elle est réquisitionnée pour assurer un concert avec son orchestre pour le régime allemand. Nadia doit composer son équipe. Les musiciens qui joueront pour le régime ont une chance d’avoir la vie sauve, du moins pour quelque temps et de cela Nadia en a conscience.

Jean Louis Déconfin, musicien et compositeur remet Ravel au goût du jour dans une interprétation nouvelle et originale et nous donne également à entendre des morceaux composés spécialement pour la pièce et qui résonnent à merveille avec ce cri déchirant d’une humanité perdue.

La musique décore l’âme des vagabonds.

Le Boléro de Ravel sera le fil conducteur de cette histoire dans laquelle une femme chef d’orchestre va se battre jusqu’au bout pour sauver ou du moins tenter de différer la mort  de femmes et d’hommes condamnés.

« C’est alors que je tombai en admiration pour une jeune femme qui jouait le texte qu’elle avait écrit et mis en scène. 
Voilà le début de l’histoire…. Avignon 2017, rencontre avec Aurélie Imbert. »
« Il n’y a pas de hasard il n’y a que des rencontres ». Encore une fois le proverbe était prégnant. Nous allions rapidement accorder l’âme de nos violons.
J’étais sous le charme d’une jeune comédienne, auteur qui n’avait pas fini de me surprendre : talentueuse, acharnée au travail, plus d’une corde à son arc et une maturité qui laissait penser qu’elle avait déjà vécu plusieurs vies…
Je rencontrai celle qui allait s’inspirer de mon vécu, mes passions et mes douleurs, de mon amour pour la musique et qui allait m’offrir un texte à dire, à vivre, à modeler et à jouer à la baguette avec un musicien complice dont je partage la vie depuis toujours et la scène depuis quelques années, mon frère. » – Annick Gambotti

THÉÂTRE
Du 14 au 19 septembre 2021
Du mardi au samedi à 20h30
Le dimanche 19 à 17h00

Durée 1h15
Tarif normal: 15€
Tarif réduit: 10€

Spectacle tout public à partir de 10 ans

Création Compagnie Thalie

Écriture et mise en scène :
Aurélie Imbert

Jeu:
Annick Gambotti

Musique (interprétation et composition):
Jean-Louis Déconfin

Scénographie et création lumière :
Adrien Laneau

Voix et régie technique:
Lionel Mazari

Costumes et décor :
Marianna Sycheva

Autres événements

  • L’Enseignement de l’ignorance

    Le 1er octobre 2021

    Imaginons un monde qui substituerait à la transmission du savoir l’enseignement de l’ignorance. Ce monde est (déjà) le nôtre.
    En savoir plus…
  • Jamais Plus

    Le 8 octobre 2021

    Alors que le nazisme est en marche dans l’Allemagne d’avant-guerre, Franz Weissanrabe, un garçon ordinaire, est irrésistiblement séduit par la fraternité et les activités proposées par les jeunesses hitlériennes.
    En savoir plus…
  • Un homme mort

    Le 15 octobre 2021

    Récit d’une passion humaine, le pouvoir, Un homme mort dresse le portrait contrasté, ambigu et fascinant, d’un despote magistralement interprété par Hounhouénou Joël Lokossou.
    En savoir plus…
  • Jazz Contreband – Yilian Cañizares « Resilience Trio »

    Le 22 octobre 2021

    Yilian Cañizares est l’une des violonistes, chanteuses et compositrices les plus intéressantes de la scène contemporaine. Sans jamais trahir ses origines, elle mélange savamment des rythmes jazz, classiques et afro-cubains avec une voix qui semble venir d’un autre monde.
    En savoir plus…